06.12.18

Événement

Paris - Le collaborateur doit-il vraiment être un client comme les autres ?

  • #Collaborateur Experience
  • #Workplace
  • #Management & Transformation

Tribunal pour les générations futures
Le collaborateur doit-il vraiment être un client comme les autres ?
Jeudi 6 décembre 2018 dès 18h à Paris chez Facebook
Avec Maud Bailly, CDO d’AccorHotels & Jean-Claude Le Grand, DRH du groupe L’Oréal

L’expérience collaborateur est au cœur des préoccupations des entreprises : un salarié satisfait est fidèle, renvoie une meilleure image de l’entreprise, et serait même plus apte à répondre au client.
Mais un parcours sans couture suffit-il à donner du sens à son travail ? Le collaborateur doit-il être un client comme les autres ?

Quatre témoins feront valoir différents points de vue face au procureur, à l’avocat et au président de la cour. 
Objectif : explorer la question et vous donner tous les éléments… pour juger.

Maud Bailly, Chief Digital Officer chez AccorHotels, et Jean-Claude Le Grand, Directeur des Ressources Humaines du groupe L’Oréal, seront appelés à témoigner devant la cour pour partager leur vision. 

Rejoignez Keyrus Management, Workplace & Usbek & Rica, le jeudi 6 décembre à partir de 18h dans les locaux de Facebook à Paris.

Programme
- 18h00 : Accueil
- 18h15 : Ouverture du procès & présentation des chefs d’accusation
- 18h30 : Audition des témoins
- 19h30 : Réquisitoire & plaidoirie
- 19h45 : Verdict du jury
- 20h00 : Cocktail & networking

                                                                                                        

Pourquoi nous être posé cette question ?
« L’expérience collaborateur » a remplacé le pointage. Aujourd’hui, l’entreprise à papa est progressivement remplacée par une organisation qui simplifie la vie du collaborateur, lui propose de nouveaux parcours et lui donne les moyens de partager ses idées et d’innover au sein de nouveaux dispositifs digitaux.

Cette « expérience collaborateur » s’impose même dans les grands groupes, pourtant réputés plus conservateurs. Objectif : favoriser l’efficacité et la créativité de l’employé, mais aussi son bien-être (et donc son engagement). Ce bonheur-là pourrait bien faire le succès de l’entreprise :

Un employé satisfait est fidèle ; un employé satisfait fait la bonne image d’une entreprise ; un employé satisfait est plus apte à répondre au client.

Mais pour certains, ce modèle ne serait que du vent : non, les parcours collaborateur « sans couture » n’existeraient pas encore. Les codes traditionnels du SI persisteraient en interne.
Les rares « digital workplace » seraient snobées par les salariés, dont le niveau d’engagement reste par ailleurs bien bas. Le bien-être serait « de façade ».

Malgré le design thinking et les nouvelles solutions digitales, « l’ordre traditionnel » prédominerait, en fait, toujours.

La symétrie des attentions serait-elle un simple tour de passe-passe visant à vendre une entreprise « humaine » et « libératrice » ? Ou s’agit-il d’un problème d’ambition ? D’une mauvaise lecture des attentes des salariés ?

Le collaborateur doit-il vraiment être un client comme les autres ?

Des projets ou des questions à ce sujet ?
Remplissez notre formulaire de contact.